3TMPO (stratégie de triple traceur contre le cancer métastatique de la prostate)

Titre officiel

Imagerie moléculaire à triple traceur (18F-FDG, 68Ga-PSMA et 68Ga-OCTRÉOTATE) visant à caractériser le cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CRPCm) et à évaluer l’admissibilité aux traitements par radionucléides

Sommaire:

Le cancer de la prostate est le cancer des organes solides le plus fréquent chez les hommes en Amérique du Nord. Lors de l’apparition d’une résistance au traitement locorégional, les patients reçoivent un traitement antiandrogénique, mais leur maladie évoluera inévitablement vers un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm). L’échec du traitement et la faible survie sans progression pourraient s’expliquer par le fait que les métastases du cancer de la prostate chez un même patient peuvent être polyclonales, montrant des réponses opposées aux traitements à action générale. Ce projet vise à recruter 100 patients atteints de CPRCm afin de déterminer la prévalence de la polyclonalité intermétastatique intrapatient et l’absence de signe de maladie (ASM) à l’aide de l’imagerie par TEP-TDM à triple traceur (PSMA/FDG/OCTRÉOTATE) de même que l’admissibilité au traitement par radioligands (PMSA ou OCTRÉOTATE).

Description de l'essai

Critères d’évaluation principaux :

  • Polyclonalité
  • Lésion neuroendocrine
  • Patients admissibles à un traitement par radioligands (PSMA ou OCTRÉOTATE)

Critères d’évaluation secondaires :

  • Légions positives au 18F-FDG, au 68Ga-PSMA et au 68Ga-OCTRÉOTATE
  • Statut histologique « ASM » des lésions
  • Score de douleur
  • Fonction physique
  • Symptômes associés à la maladie
  • Paramètres dérivés de l’absorption des traceurs TEP

Introduction : Le cancer de la prostate est le cancer des organes solides le plus fréquent chez les hommes en Amérique du Nord. Lors de l’apparition d’une résistance au traitement locorégional, les patients reçoivent un traitement antiandrogénique, mais leur maladie évoluera inévitablement vers un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm). Sur les cinq traitements approuvés pour les patients atteints de CPRCm, aucun ne s’est révélé capable d’augmenter la survie globale médiane au-delà de 4,8 mois. L’échec du traitement et la faible survie sans progression pourraient s’expliquer par le fait que les métastases du cancer de la prostate chez un même patient peuvent être polyclonales, montrant des réponses opposées aux traitements à action générale. En effet, une différenciation neuroendocrine de l’adénocarcinome est souvent signalée dans les cas de cancer de la prostate métastatique, laquelle est associée à une agressivité accrue de la maladie. Actuellement, il n’existe aucun outil moléculaire permettant de suivre la transdifférenciation du CPRCm de manière non effractive et de diagnostiquer le cancer de la prostate neuroendocrine et/ou polyclonal. La tomographie par émission de positrons (TEP) est un type d’imagerie prometteur qui utilise des traceurs radiomarqués pour identifier spécifiquement les cellules tumorales. Hypothèse : L’hypothèse de l’étude clinique 3TMPO est que la prévalence de la polyclonalité intermétastatique intrapatient peut être déterminée en combinant le 18F-FDG à d’autres traceurs TEP particuliers qui permettent de différencier de manière non effractive l’adénocarcinome prostatique résistant à la castration (CPRC-adéno) (68Ga-PSMA) du CPRC neuroendocrine (CPRC-NE) (68Ga-OCTRÉOTATE). Objectifs : Les objectifs de l’étude sont de déterminer, chez des patients atteints de CPRCm, la prévalence de la polyclonalité intermétastatique intrapatient et l’absence de signe de maladie (ASM) à l’aide de l’imagerie par TEP-TDM à triple traceur (PSMA/FDG/OCTRÉOTATE) de même que l’admissibilité au traitement par radioligands. Méthodologie : Pour cette étude observationnelle multicentrique, dont le principal critère d’évaluation est la prévalence de la polyclonalité intermétastatique intrapatient, on recrutera 100 patients atteints de CPRCm provenant de 5 centres différents de la province de Québec. Des examens de TEP au 68Ga-PSMA et au 18F-FDG seront effectués chez tous les patients inscrits, tandis qu’un examen au 68Ga-OCTRÉOTATE sera effectué chez ceux présentant au moins une lésion négative au PSMA/positive au FDG. L’absorption de chaque traceur TEP par chacune des lésions sera évaluée et les patients présentant des lésions aux profils d’absorption discordants seront considérés comme ayant une maladie polyclonale. La positivité à l’OCTRÉOTATE confirmera la présence de CRPC-NE. La positivité au PSMA ou à l’OCTRÉOTATE de toutes les lésions (ou au moins de celles ayant absorbé le FDG) déterminera l’admissibilité au traitement par radioligands (PSMA et OCTRÉOTATE, respectivement). Pertinence : Il est urgent de mettre en place des stratégies diagnostiques et thérapeutiques qui changent le paradigme afin d’améliorer la survie des patients atteints de cancer de la prostate et d’approfondir notre compréhension de la progression du CPRCm.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer