Lénalidomide/dexaméthasone/PLD pour le traitement du myélome multiple récidivant après une greffe allogénique de cellules souches

Titre officiel

Étude ouverte de phase II portant sur l’administration de lénalidomide et de dexaméthasone suivie de perfusions de lymphocytes issus d’un donneur pour le traitement du myélome multiple récidivant après une greffe allogénique de cellules souches

Sommaire:

Le myélome multiple (MM) est une maladie qui peut être guérie uniquement au moyen d’une greffe allogénique de cellules souches (GACS). Environ 50 % des patients ayant reçu une greffe allogénique connaîtront une récidive et la survie médiane est de 5 ans. Des approches améliorées associées à une toxicité moindre pour accroître la maîtrise de la maladie au moment d’une récidive sont nécessaires de toute urgence. 

La récidive après une greffe allogénique représente un échec de l’effet du greffon p/r au MM (GvMM). Les PLD peuvent être utilisées pour maîtriser la maladie après une récidive mais la dose optimale, le calendrier d’administration et l’association médicamenteuse demeurent complexes et l’état d’immunosuppression des patients atteints de MM peut en compromettre l’effet. L’échec de l’immunothérapie est notamment attribuable à l’environnement immunologique : la survie et la prolifération des cellules du myélome dépendent de leur microenvironnement tout autant que l’effet immunothérapeutique et l’efficacité de la GCSH allogénique dépendent de l’état immunologique général et localisé. Les médicaments immunomodulateurs comme le lénalidomide ont été testés dans divers contextes après une greffe allogénique en vue de renverser l’immunosuppression et de stimuler l’effet GvMM, mais la question de savoir si et comment le lénalidomide exerce une incidence sur l’effet GvMM et favorise ainsi la réussite immunothérapeutique reste nébuleuse. Par conséquent, une compréhension approfondie de l’environnement immunologique des patients atteints de MM est nécessaire pour établir ou restaurer un effet GvMM puissant. 

Cette étude propose la puissante combinaison des deux objectifs suivants, un clinique et un biologique : 

  • Objectif clinique : Les investigateurs proposent un traitement en deux étapes qui commence par l’administration de lénalidomide et de dexaméthasone en association, suivie de perfusions de lymphocytes issus d’un donneur (PLD) pour offrir une stratégie optimale de maîtrise de la maladie chez les patients atteints d’une maladie récidivante. On s’attend à ce que les effets cytoréducteurs et immunomodulateurs du lénalidomide induisent un environnement immunologique favorable au développement de l’activité immunothérapeutique des PLD et à ce que l’association avec la dexaméthasone atténue le risque de réaction du greffon contre l’hôte (RGCH). Cette association thérapeutique présente le potentiel d’approfondir la réponse du myélome, d’en retarder la progression et d’améliorer la survie du patient. 
  • Objectif biologique : En vue d’acquérir des connaissances sur la façon dont l’effet GvMM survient chez les patients atteints de MM après un traitement combiné lénalidomide/dexaméthasone/PLD, les investigateurs proposent de caractériser l’environnement immunitaire de leur moelle osseuse au moyen d’une évaluation de la maladie résiduelle minimale (MRM) par cytométrie de flux et d’une analyse objective du transcriptome à divers moments.

Description de l'essai

Critère d’évaluation principal :

  • Efficacité du traitement lénalidomide/dexaméthasone/PLD chez les patients atteints de myélome récidivant mesurée en fonction de la survie sans progression

Critères d’évaluation secondaires :

  • Incidence des toxicités non hématologiques de grade ≥ III et des toxicités hématologiques de grade ≥ IV
  • Incidence des RGCH aiguës
  • Incidence des RGCH chroniques
  • Grades maximums des RGCH aiguës et chroniques
  • Réponse au traitement
  • Mortalité sans récidive après les PLD
  • Survie globale après 2 ans
  • Incidence de la progression après 2 ans
  • Évaluation de l’état de la maladie par cytométrie de flux
  • Évaluation de l’état de la maladie par TEP
  • Évaluation de la qualité de vie (QdV) pendant le traitement
  • Évaluation de l’environnement de la moelle osseuse au moyen d’une analyse du transcriptome avant et après les traitements

Les patients atteints de myélome multiple qui connaissent une première récidive après une greffe allogénique d’un frère ou d’une sœur ou d’un donneur non apparenté et qui acceptent de participer à cette étude feront l’objet d’une sélection pour déterminer leur admissibilité. 

  • Après une évaluation initiale comprenant une aspiration de la moelle osseuse pour obtenir le nombre de plasmocytes, une cytométrie de flux multiparamétrique 8 couleurs pour évaluer la maladie résiduelle minimale, le séquençage du transcriptome et une tomographie par émission de positrons (TEP), les patients recevront l’association lénalidomide-dexaméthasone une fois par jour pendant 21 jours ainsi que de la dexaméthasone à 40 mg une fois par semaine pendant un total de 6 cycles de 28 jours chacun
  • Les patients feront alors l’objet d’une évaluation clinique pour déceler une RGCH aiguë ou chronique avant chaque cycle et une TEP sera effectuée à la fin du traitement lénalidomide-dexaméthasone
  • Les receveurs d’une greffe d’un frère ou d’une sœur ou d’un donneur non apparenté recevront trois PLD
  • Une évaluation de la maladie et du système immunitaire par électrophorèse des protéines urinaires et sériques / immunofixation ainsi que le dosage sérique des chaînes légères libres, une aspiration de la moelle osseuse pour obtenir le nombre de plasmocytes, une cytométrie de flux multiparamétrique 8 couleurs pour évaluer la maladie résiduelle minimale, le séquençage du transcriptome et une TEP seront effectués.
  • Une aspiration de la moelle osseuse pour obtenir le nombre de plasmocytes, une cytométrie de flux multiparamétrique pour évaluer la MRM et le séquençage du transcriptome seront effectués avant chaque PLD
  • Les patients feront l’objet d’un suivi au moyen d’une aspiration de la moelle osseuse tous les trois mois pendant un an et en cas de progression pour obtenir le nombre de plasmocytes et à des fins d’évaluation
  • Le séquençage du transcriptome sera effectué au moyen d’une aspiration de la moelle osseuse au moment de la récidive, après les cycles de traitement lénalidomide / dexaméthasone et 6 mois, 12 mois, 18 mois et 24 mois après la dernière PLD.
  • Une TEP sera effectuée après la dernière PLD et en cas de progression.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer