Essai clinique sur l’emploi d’une chimiothérapie néoadjuvante par l’atézolizumab ou d’un placebo chez des patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif suivie, après la chirurgie, d’un traitement par l’atézolizumab ou un placebo

Titre officiel

Il s’agit d’un essai clinique de phase III à répartition aléatoire et à double insu sur l’emploi d’une chimiothérapie néoadjuvante par l’atézolizumab ou d’un placebo chez des patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif, suivie d’un traitement adjuvant par l’atézolizumab ou d’un placebo.

Sommaire:

Le principal objectif de cette étude est de déterminer si la chimiothérapie habituelle administrée avant la chirurgie (traitement néoadjuvant) dans les cas de cancer du sein, en association avec le médicament expérimental appelé atézolizumab, est supérieure à la chimiothérapie habituelle administrée avec un placebo. (Un placebo est un médicament qui ressemble au médicament à l’étude, mais qui ne contient aucune substance médicamenteuse.) Dans cette étude, la chimiothérapie habituelle consiste en l’administration de paclitaxel et de carboplatine suivie de l’association doxorubicine et cyclophosphamide (AC) ou de l’association épirubicine et cyclophosphamide (EC). En général, dans le cas du cancer du sein triple négatif, aucun autre traitement n’est administré à la suite du traitement néoadjuvant et de la chirurgie, à moins qu’il y ait récidive du cancer. Cette étude se penche aussi sur la poursuite du traitement par l’atézolizumab ou le placebo suivant la chirurgie. Pour être considéré comme supérieur, l’atézolizumab administré dans le cadre du traitement néoadjuvant doit s’avérer plus efficace pour : 1) diminuer la taille de la tumeur du sein par rapport au placebo administré avec la chimiothérapie habituelle; 2) réduire le risque de récidive du cancer à la suite de la chirurgie. 

Cette étude a aussi pour but de déterminer les effets bénéfiques et nocifs de l’atézolizumab lorsqu’il est administré en association avec la chimiothérapie habituelle. Il est possible que l’atézolizumab empêche la progression du cancer, mais qu’il cause aussi des effets secondaires.

Description de l'essai

Critères d’évaluation principaux :

  • Réponse pathologique complète (RPC) dans le sein et les ganglions lymphatiques (ypT0/Tis ypN0)
  • Survie sans événement (SSE)

Critères d’évaluation secondaires :

  • RPC dans le sein (ypT0/Tis)
  • RPC dans le sein et les ganglions lymphatiques (ypT0/ypN0)
  • Taux de conversion du statut ganglionnaire (conversion d’un résultat positif en résultat négatif)
  • Survie globale (SG)
  • Intervalle sans récidive
  • Survie sans maladie à distance (SSMD)
  • Survie sans métastases cérébrales
  • Fréquence des effets indésirables
  • Fréquence des effets indésirables d’origine immunitaire d’intérêt particulier
  • Innocuité cardiaque pendant la phase préliminaire (troponine T)
  • Innocuité cardiaque pendant la phase préliminaire (troponine T)
  • Innocuité cardiaque pendant la phase préliminaire (troponine T)
  • Innocuité cardiaque pendant la phase préliminaire (fraction d’éjection du ventricule gauche [FEVG])
  • Innocuité cardiaque pendant la phase préliminaire (fraction d’éjection du ventricule gauche [FEVG])
  • Innocuité cardiaque pendant la phase préliminaire (fraction d’éjection du ventricule gauche [FEVG])

L’étude NSABP B-59/GBG 96-GeparDouze est une étude clinique prospective de phase III à répartition aléatoire et à double insu. Elle est menée par la NSABP Foundation, Inc. en partenariat avec le German Breast Group (GBG) et financée par Genentech, un membre du Groupe Roche et de F. Hoffmann-La Roche Limitée. 

Dans le cadre de cet essai clinique portant sur l’administration néoadjuvante et adjuvante d’atézolizumab/d’un placebo chez des patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif à risque élevé, on évaluera s’il est plus efficace et plus sûr d’administrer un traitement néoadjuvant par l’atézolizumab/un placebo combiné à un traitement séquentiel par le paclitaxel toutes les semaines et par le carboplatine toutes les 3 semaines, suivi immédiatement d’un traitement néoadjuvant par l’atézolizumab/un placebo en concomitance avec l’association AC/EC. Les patientes subiront ensuite une chirurgie. Après s’être rétablies de la chirurgie, les patientes amorceront un traitement adjuvant d’environ 6 mois par l’atézolizumab/un placebo et recevront le même agent expérimental qu’elles ont reçu avant la chirurgie. Une radiothérapie sera administrée en conformité avec les normes locales, à la discrétion des patientes et des chercheurs. En cas de recours à la radiothérapie, l’atézolizumab/le placebo seront administrés en concomitance. 

Les principaux objectifs de l’étude sont les suivants : 1) évaluer l’utilité de l’atézolizumab dans l’amélioration de la RPC dans le sein et les ganglions lymphatiques après le traitement, laquelle sera déterminée par examen histologique (RPC dans le sein et les ganglions [ypT0/Tis ypN0]); et 2) évaluer l’utilité de l’atézolizumab dans l’amélioration de la SSE. Les objectifs secondaires comprennent l’évaluation de la RPC dans le sein (ypT0/Tis), de la RPC dans le sein et les ganglions lymphatiques (ypT0/ypN0), du taux de conversion du statut ganglionnaire (conversion d’un résultat positif en résultat négatif), de la SG, de l’intervalle sans récidive, de la SSMD, de la survie sans métastases cérébrales et de la toxicité. Les facteurs de stratification utilisés aux fins de l’étude sont les suivants : 1) taille clinique de la tumeur primitive (1,1-3,0 cm; > 3,0 cm); 2) statut ganglionnaire tel qu’il a été établi selon les critères définis dans le protocole (atteinte ganglionnaire ou non); 3) fréquence d’administration de l’association AC/EC (toutes les 2 semaines; toutes les 3 semaines); et 4) région où l’étude est menée (Amérique du Nord; Europe). 

Pour que les patientes soient admissibles, les analyses effectuées par un laboratoire local doivent confirmer que leur échantillon tumoral obtenu au moyen d’une biopsie par forage réalisée à des fins diagnostiques est négatif pour les récepteurs des œstrogènes (RO-), le récepteur de la progestérone (RP-) et le récepteur du facteur de croissance épidermique humain (HER2-), en conformité avec les lignes directrices actuelles de l’ASCO et de l’Association canadienne des pathologistes (ACP). Afin de confirmer l’admissibilité des patientes, l’échantillon obtenu par biopsie réalisée à des fins de recherche ou par biopsie par forage réalisée à des fins diagnostiques doit être analysé par un laboratoire central afin de confirmer le statut négatif RO-, RP- et HER2-. Si les analyses effectuées par le laboratoire local révèlent que les résultats sont équivoques quant au statut HER2 ou qu’ils sont limites quant au statut RO et RP (coloration < 10 % à l’immunohistochimie dans les deux cas), l’échantillon pourrait être envoyé au laboratoire central pour déterminer l’admissibilité. 

Pour être en mesure de détecter de façon proactive et d’évaluer tout signe de toxicité cardiaque susceptible de survenir avec l’association anthracyclines et atézolizumab, cette étude comprend une phase préliminaire axée sur l’innocuité cardiaque à laquelle participeront les 60 premières patientes qui recevront l’association AC/EC. Au cours de cette phase, un électrocardiogramme (ECG) sera réalisé et le taux sérique de troponine T sera mesuré juste avant l’administration de la première dose d’AC/EC, à la suite du premier et du troisième cycle de traitement par l’AC/EC précédant l’instauration du traitement par l’atézolizumab/le placebo. De plus, une autre évaluation de la FEVG par ECG ou ventriculographie isotopique à l’équilibre (MUGA) sera réalisée avant l’administration de la troisième dose d’AC/EC. Afin de fournir une évaluation rapide de l’innocuité cardiaque du traitement à l’étude, le Comité de surveillance des données d’innocuité examinera les taux de troponine T, les ECG, les valeurs de la FEVG et les données relatives à l’innocuité cardiaque lorsque la dernière des 20 premières patientes ayant amorcé le traitement par l’AC/EC subira l’évaluation de la FEVG prévue après la chirurgie. Le Comité de surveillance des données d’innocuité examinera les taux de troponine, les ECG, les valeurs de la FEVG et les données relatives à l’innocuité cardiaque lorsque la dernière des 60 premières patientes ayant amorcé le traitement par l’AC/EC subira l’évaluation de la FEVG prévue après la chirurgie. 

Toutes les patientes devront subir une biopsie par forage de la tumeur primitive aux fins de recherche au début de l’étude et de 1 à 4 jours avant l’administration de la deuxième dose de l’atézolizumab/du placebo. Si la taille de la tumeur résiduelle macroscopique est égale ou supérieure à 1,0 cm, il faudra fournir d'un à trois blocs représentatifs de tissu provenant de la tumeur primitive résiduelle contenant le maximum de cellules tumorales ainsi que de tissu du plus grand foyer métastatique ganglionnaire, prélevés lors de la chirurgie mammaire définitive. Si la taille de la tumeur résiduelle macroscopique est inférieure à 1,0 cm, du tissu doit être fourni dans la mesure du possible. Des échantillons de sang seront prélevés chez toutes les patientes au début de l’étude pour procéder à une analyse exploratoire des biomarqueurs et appuyer de futures études de corrélation. 

Au total, 1 520 patientes seront réparties de façon aléatoire lors de cette étude. On s’attend à ce qu’environ 760 patientes soient réparties aléatoirement dans les centres d’étude en Amérique du Nord et que le même nombre de patientes soient réparties au hasard dans les centres d’étude en Europe.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer