Projet DOvEEgene : Élaborer et valider un nouveau test de dépistage moléculaire aux fins de diagnostic précoce du cancer de l’endomètre, des trompes et des ovaires.

Titre officiel

Projet DOvEEgene : Élaborer et valider un nouveau test de dépistage moléculaire aux fins de diagnostic précoce du cancer de l’endomètre, des trompes et des ovaires.

Sommaire:

Cette étude permettra de déterminer si un test génétique des échantillons du test Pap parvient à détecter les cancers de l’ovaire et de l’endomètre.

Description de l'essai

Critère d’évaluation principal :

  • Détection des mutations liées au cancer.

Critères d’évaluation secondaires :

  • Score de douleur déclaré par les participants sur l’échelle visuelle analogue.
  • Degré d’inconfort déclaré par les participants sur l’échelle visuelle analogue.
  • Acceptabilité des méthodes déclarée par les participants.

La grande majorité des décès provoqués par un cancer de l’ovaire découlent des sous-types de cancer séreux de haut grade. Les tests actuellement disponibles pour un cancer de l’ovaire diagnostiqué, tel que l’examen gynécologique par ultrason évaluant le marqueur CA-125 (tumeur du sang) et transvaginal, présentent une sensibilité et une spécificité médiocres et ne conviennent donc pas aux fins de diagnostic précoce de la maladie. En effet, les résultats obtenus des essais de dépistage indiquent que le fait de procéder à des essais chez les femmes de la population générale pour déceler un cancer de l’ovaire peut faire plus de mal que de bien en raison de la proportion élevée de résultats faussement positifs. De plus en plus de données démontrent qu’une grande proportion de cancer séreux de haut grade de l’« ovaire » commence dans les trompes de Fallope. Les cellules cancéreuses présentes dans les trompes peuvent s’échapper dans l’utérus et se retrouver dans le col de l’utérus. En outre, le cancer présent en tant que lésion microscopique dans les trompes peut se propager à l’ovaire et à l’abdomen. Quant au cancer de l’endomètre, l’incidence de la maladie s’accentue. Environ 10 % des femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre avec des sous-types de haut grade représentent près de la moitié des décès des patientes chez lesquelles on a diagnostiqué un cancer de l’endomètre à la suite d’une propagation précoce. Ensemble, les cancers de l’utérus, des trompes et des ovaires constituent la troisième cause la plus courante de décès en raison d’un cancer dans les pays disposant de ressources importantes. Ainsi, un outil de dépistage des cancers de l’utérus, des trompes et des ovaires présenterait de grands avantages pour les femmes. Un travail fondamental a démontré qu’il est possible de déceler quelques cellules cancéreuses parmi les milliers de cellules normales, dans des échantillons cytologiques. Plus précisément, ces dernières ont été recueillies dans l’utérus, le col de l’utérus et le vagin par l’entremise de diverses techniques d’échantillonnage utilisant des méthodes novatrices de marquage de l’ADN. Nous avons mis au point notre propre technologie nous permettant d’utiliser des codes-barres de l’ADN. De plus, nous avons également évalué différentes méthodes de collecte des échantillons pour déterminer celle qui s’avère la plus acceptable pour les femmes et leur médecin, tout en continuant de déceler le plus grand nombre de cellules anormales. Les résultats préliminaires que nous avons obtenus indiquent qu’un échantillon prélevé par cytobrosse dans l’utérus permet d’obtenir la meilleure proportion de cellules cancéreuses concernant les cancers de l’ovaire et des trompes, ainsi que le cancer de l’utérus. Ce projet vise à élaborer, en s’appuyant sur cette découverte, un test pouvant être utilisé en tant qu’outil de dépistage pour détecter le cancer de l’endomètre, de l’ovaire et des trompes à un stade précoce. Nous sollicitons des femmes dont le cancer de l’ovaire ou de l’endomètre est connu ou soupçonné, ainsi que des femmes devant subir une hystérectomie et une salpingectomie avec ou sans ovariectomie pour diverses raisons bénignes pour servir de témoins. Nous créerons, peaufinerons la technologie et validerons un test de dépistage, le DOvEEgene, qui est précis et qui permet d’effectuer un dépistage sécuritaire des femmes afin de diagnostiquer un cancer de l’utérus, des trompes et des ovaires suffisamment tôt pour sauver des vies.

Voir cet essai sur ClinicalTrials.gov

Intéressé(e) par cet essai?

Imprimez cette page et apportez-la chez votre médecin pour discuter de votre admissibilité à cet essai et des options de traitement. Seul votre médecin peut vous recommander pour un essai clinique.

Ressources

Société canadienne du cancer

Ces ressources sont fournies en partenariat avec Société canadienne du cancer